Magnifique Pentecôte 2015

Pentecôte 2015 chez Eblin-Fuchs

Dans le cadre des journées des Vignerons Indépendants de France, superbes journées de Pentecôte 2015 chez notre vigneron amapien, Eblin-Fuchs à Zellenberg.

03okTout d’abord, devant le vénérable alambic en activité, notre hôte nous touche quelques mots très instructifs sur la distillation des fruits, tant sur la technique que sur les règles administratives et fiscales bien méconnues de cette activité.

Suit une promenade dans les vignes avec force explications sur l’art de la viticulture et ses étapes successives (épamprage, palissage selon le mode Guyot double, etc…)

04ok06ok

 

 

 

 

Chez Eblin-Fuchs, la viticulture est pratiquée en biodynamie.
Cette méthode qui permet la labellisation Demeter est nettement plus contraignante que la labellisation bio. Elle a été mise au point selon les préceptes anthroposophiques de Rudolf Steiner. Elle permet d’élever la vigne sans intrants autres que naturels. Les apports ont pour nom de code la 500, une eau dynamisée enrichie en compost et la 501, eau dynamisée enrichie de silice. Ils sont effectués à des moments très précis dictés par le calendrier lunaire.

La balade se termine par la visite des chais, avec présentation du pressoir pneumatique qui fonctionne à une pression de 1 bar. Comparé à un pressoir mécanique qui va jusqu’à 6 bars, celui-ci permet d’extraire un jus très limpide qui sera transféré dans de grandes cuves en fibre de verre pour le débourbage puis dans les foudres de chêne pour environ 3 mois de fermentation, sans rajout de levures. Seule active, la levure naturellement présente dans la pruine des grains de raisin. Enfin, après repos en foudre d’environ 6 mois, on procède à une filtration sur kieselguhr puis sur cellulose avant la mise en bouteille.

12ok17ok

Nous arrivons maintenant à une partie non moins11ok
passionnante, la dégustation commentée de
nombreux vins du domaine agrémentée de moult
cakes et kougelhopfs élaborés par la famille Ebin-Fuchs.
Suit le déjeuner sur l’herbe, pique-nique tiré du sac, vins servis à profusion par Christian Eblin, un moment de convivialité où se nouent de nouvelles amitiés.

 

En fin de repas, magnifique buffet de desserts, toujours élaborés et offerts par « les Eblin-Fuchs », et heure musicale avec un étonnant souffleur de cor des alpes.

 

16okToute la famille Eblin-Fuchs a mis son énergie pour faire de ces journées une fête dont on se souviendra longtemps ! Merci à eux !

pierre wick bénévole amap

Financement Solidaire

L’AMAP Tourne’Sol remercie celles et ceux qui ont contribué pour soutenir l’activité maraîchère de Yann

  • Yann cultive seul 1,7 hectare en agriculture bio.
  • Nouveauté, en 2014, Yann a produit à la main, sous serre, 90 000 replants. Vivement la motteuse électrique !
  • Au printemps il a dû travailler aussi de nuit ! En octobre un apprenti, Arthur, a rejoint Yann.

Deux mains ne suffisent plus ! Un apprenti et la motteuse sont la solution !

Yann

Yann

Arthur

Mais cette solution a un coût :

  • Salaires de l’apprenti de janvier à septembre 2015 : 9 mois x 703€ = 6327 €
  • Achat d’une motteuse d’occasion : 2000 €

La somme que nous devons financer ensemble est donc 8327 €

L’AMAP Tourne’Sol a organisé la collecte de cette somme du 15 janvier au 9 avril 2015. Nous avons atteint notre objectif. Un premier versement a été remis à Yann Meury.

 

Enfin un frein à l’obligation d’identification électronique !

Toute la journée du 17 décembre 2014, la Confédération paysanne était mobilisée, à Privas (07), Vitré (35) et Cahors (46) pour réclamer la levée de l’obligation de bouclage électronique des petits ruminants, et le libre-choix des éleveurs de leur manière d’identifier leur troupeau.
Ces actions ont permis d’obtenir enfin des avancées sur ce dossier crucial, symbolique de l’industrialisation de l’agriculture.
Dès 2015, il suffit de faire la preuve d’une traçabilité (par exemple avec des boucles classiques) pour que les animaux d’un troupeau soient comptabilisés.
(…)

Voici le Communiqué de presse complet

Reprise des distributions début 2015

Les premiers flocons de neige sont tombés ce lundi matin 8 décembre et 5 cm de neige tient au sol.
Les brebis sont toutes en bergerie pour l’hivernage.
À ce jour il y en a 25 qui ont agnelé une bonne trentaine d’agneaux.
Je peux donc annoncer les premières distributions :
✔ Le JEUDI 8 JANVIER pour MULHOUSE,
✔ Le MARDI 13 JANVIER pour RIEDISHEIM,
✔ Et le VENDREDI 16 JANVIER pour MUESPACH.
Jehan

 

NOEL CHEZ LES CHEVRES

NOEL CHEZ LES CHEVRES

ornement_de_noel_de_chapeau_de_pere_noel_de_chevre-rfa15476c82a24404a4961fb98152497a_x7s2y_8byvr_324

Et voilà, le  moment est arrivé où  les chèvres sont au repos jusqu’au printemps. Olivier et Emilie vont pouvoir souffler un peu. Ils vont nous manquer sur les lieux de distribution.

Nous avons tellement l’habitude de pouvoir choisir les fromages qui nous régalent durant la semaine. Patience ils reviendront pour nous proposer à nouveau les bons produits made in Mollau.

Joyeux Noël et bonne année à tous !

Info de dernière minute de la part d’Emilie : les chèvres ont été échographies , les mises bas sont pour début février, des photos vont suivre.

Danielle rédactrice bénévole

LA CHEVRERIE S’AGRANDIT

LA CHEVERERIE S’AGRANDIT

Face au succès de leurs produits, et suite à l’investissement maintenant permanent  d’Emilie dans la chèvrerie, Olivier et Emilie ont décidé de construire une nouvelle chèvrerie afin de leur permettre d’agrandir le troupeau de chèvres et  d’augmenter ainsi  la productivité. Le troupeau de 40 chèvres passe donc à 60, et le troupeau de brebis s’agrandit de 20 nouvelles pensionnaires. La charge de travail augmente évidemment  en conséquence.

Les journées d’Olivier et d’Emilie sont bien remplies, entre l’entretien des locaux, mener le troupeaux sur les pâturages, le foin pour l’hiver, la traite, la fabrication des fromages et yaourts, la présence sur les lieux de vente des Amaps, le petit magasin, les poules et les cochons, et surtout le petit champignon  nommé Gaspard leur fils, qui pousse, grandit et apporte son aide à ses parents, leur reste-t-il du temps pour se reposer, on peut se le demander. Il est vrai que vivant au grand air de la montagne, ils ont peut-être moins besoin de dormir que nous les gens de la ville, l’oxygène remplaçant un peu l’oreiller. A vérifier !!!

Après avoir coulé la dalle du nouveau bâtiment que nous avions pu voir lors des portes ouvertes d’avril,  voici venu le temps de la mise en place des murs et du toit, opération réalisée fin juin par une météo  pas toujours clémente.